Défense d’afficher (Expression libre)

zapimages/8_mars.jpg

8 mars 2015 - Vous savez ce que vous pouvez en faire de vos roses gratuites ?

 

Le 8 mars c’est le jour où beaucoup de personnes, de médias, de politiques préfèrent nous parler de roses et de talons hauts plutôt que d’inégalités, de viol, de plafond de verre ou d’excision. Alors non aujourd’hui n’est pas la “fête de la femme”. Pas plus que la “journée de la femme”.

Oui, le 8 mars est la Journée Internationale des Droits des Femmes. Et contrairement à ce que certains semblent penser une fois par an, cette journée a encore aujourd’hui une réelle raison d’être quand on sait que :

  • en France, à poste et formations équivalents une femme gagne toujours 27% de moins qu’un homme. Nous connaissons donc maintenant le prix d’un chromosome X.

  • en France, une femme sur dix a été violée ou le sera au cours de sa vie (on dit merci à la culture du viol).

  • les femmes représentent 70% des pauvres dans le monde.

  • les femmes représentent deux tiers des adultes analphabètes dans le monde.

  • en France une femme décède sous les coups de son conjoint tous les 3 jours.




 

Certes, ces violences et discriminations ordinaires qui frappent encore aujourd’hui les femmes sont une réalité de tous les jours, mais cette journée, officialisée par l’Organisation des Nations Unies en 1982, est l’occasion de mettre davantage en lumière le combat pour l’égalité femme/homme, de dénoncer ce système de domination complexe et souvent inconscient qui entrave l’accès des femmes à l’égalité réelle des droits. Cette égalité passe par une réflexion profonde sur l’ordre social dans notre société patriarcale actuelle afin de mettre fin à la prééminence symbolique, politique, sexuelle du masculin sur le féminin, et plus généralement à la suprématie de l’homme blanc cis-genre et hétérosexuel. Ce processus permettant d’atteindre l’égalité femme/homme passe par un combat féministe réel, qui ne pourra se faire qu’en lien avec les hommes (car oui, les hommes féministes existent. Et heureusement d’ailleurs).



 

Alors oui, dans notre pays être une femme n’a pas la même charge que dans des pays où le viol des femmes est utilisé comme arme de guerre, où les femmes n’ont pas le droit de vote, où les femmes sont considérées comme la propriété des hommes, où les femmes n’ont pas accès à l’éducation, où les femmes subissent des mutilations sexuelles comme l’excision, où les femmes sont mariées de force, ... (et encore, quand je vois en France, en 2015, certaines personnalités politiques revendiquer haut et fort leur volonté de revenir sur le droit à l’IVG cela me fait froid dans le dos). Mais ce n’est pas pour ça qu’il faut se reposer sur nos lauriers, pour les femmes françaises et ailleurs dans le monde. Et cela commence par cesser d’appeler cette journée “fête de la femme”, car non aujourd’hui être une femme n’est pas une fête tous les jours.


 

Pour conclure voici quelques initiatives ou femmes notables que je vous invite à découvrir à la place du sempiternel reportage “oui aujourd’hui j’ai apporté le petit déjeuner au lit à ma femme parce que c’est sa journée”...

  • He for She, la campagne pour l’égalité à travers le monde lancée par l’actrice et féministe Emma Watson dans le cadre de son rôle d'Ambassadrice de bonne volonté à l’ONU.

  • L’émission Personne ne bouge sur Arte qui s’attaque à la question du pouvoir féminin avec la revue culturelle Girl Power. Ce reportage m’a fait tiquer à certains moments (comme la pique à destination des féministes dès la première minute du reportage), mais dans l’ensemble cela reste une émission intéressante et instructive pour un premier pas vers le féminisme.

  • Malala Yousafzaï est la plus jeune des lauréats de l’histoire du prix Nobel. Cette Pakistanaise de 17 ans est donc Prix Nobel de la Paix 2014 pour son combat en faveur du droit à l’éducation pour les femmes et l’ensemble des citoyens.

  • La littérature jeunesse non sexiste se développe de plus en plus. Car rappelons-le, l’égalité et l’évolution des moeurs passent essentiellement par l’éducation.

  • La création d’un Ministère du Droit des Femmes, qui, qu’on soit d’accord ou non avec la politique du gouvernement actuel, reste une avancée symboliquement forte.

  • Un papa gamer permet à sa fille de grandir en ayant conscience que les filles “peuvent être des héroïnes et sauver leur frère” en “corrigeant” le jeu vidéo Zelda.






  • COMMENTAIRE(S) : 0 commentaire(s)
  • commenter



    illus

    Urba[ciné] et Travelling

    Cette année, le Festival Travelling n'était pas seulement axé sur le cinéma norvégien mais lais

    voir la suite
    Zap-Paper

    derniers articles

    • 3 / 03 / 15Urba[ciné] et Travelling
    • 2 / 03 / 15Art Rock’n'mode !
    • 15 / 08 / 14The Hives – Les bêtes de scène se...
    • 12 / 08 / 14Fête du Bruit 2014 : le bilan.
    • 11 / 08 / 14La 6ème édition de la Fête du Brui...

    La rédac'

    Se connecter

    Rejoignez la redac’

    Si vous voulez dire, écrire, informer… si vous êtes illustrateur, photographe, dessinateur,… (ou pas)…

    S’inscrire

    Connectez vous sur le site
    ou venez vous joindre à l’équipe
    de rédaction (journal, TV, Radio)
    tous les mardis de 18h à 21h
    au CRIJ Bretagne,
    4 Bis cours des Alliés à Rennes.