COURTS METRAGES

LES FILMS : [ Juste une femme ]
[ Courts métrages iraniens ]

Juste une femme
   

Dans cette Iran où la femme trouve lentement sa place, le nombre d?hommes transexués augmente. Cherchent-ils à se rapprocher des femmes, à entrer dans leur intimité, à partager leurs difficultés ? Peu importe leurs motivations. A l?image de Morrarid, ils se sentent avant tout des femmes.

Morrarid vit de prostitution. Là bas, on dit « mariage provisoire ». L?homme, généralement marié, se contente de lire les versets correspondants, choisit le temps de la relation sexuelle et, à l?issue, il ne paye pas la prostituée, mais donne une dot à « sa femme d?un instant ».
Morrarid nous parle également de la coopération de l?Etat et de la possibilité aujourd?hui de se faire opérer sans crainte. La mort n?est plus le châtiment réservé aux travestis et aux transexués. La difficulté vient désormais du regard des autres, des abus de la force paramilitaire, équivalent à la police, et de la famille qui rejette son enfant.
  A l?issue de la projection, nous apprenons que ce documentaire n?a pas obtenu de visa d?exploitation en Iran, mais qu?il circule de main en main, sur des cassettes, en projections privées. Nous apprenons aussi le départ de Morrarid pour l?Autriche. L?Iran vit actuellement un profond bouleversement culturel et ce documentaire prouve la volonté de la jeunesse à changer les mentalités.
Article :Gérard
Courts métrages iraniens
   

Qu?est-ce que la vie ?

Depuis deux jours, je vais de salle en salle, j?assiste à des films, des documentaires et des tables rondes. Depuis deux jours, je découvre une Iran moderne, des cinéastes talentueux, une jeunesse en effervescence, marquée par la guerre Iran Irak. Depuis deux jours, je réalise à quel point l?image que j?avais de l?Iran, via le ciné US et la télé française, était faussée. Je ne prétends pas que tout est rose là bas, loin de là, mais il semble y avoir tant de richesses d?un point de vue humain et tant de stéréotypes à bannir que cela me donne une lueur d?espoir face aux différences qui divisent trop souvent le Moyen Orient de l?Occident. Maintenant, j?ai vu ces cinq courts métrages, je laisse mes émotions répondre : « La vie est le destin brisé de deux hommes partis à la guerre, de deux femmes qui vivent dans l?illusion de leur retour.

La vie est un fanatique qui dit que chaque homme doit sacrifier son bien le plus précieux au nom de Dieu. La vie est une jeune femme ? bien le plus précieux d?un père ? qui tue le fanatique. La vie est un frère parti au combat dont la s?ur garde le souvenir. La vie est une femme enceinte. La vie? est un poème. »

Merci à Travelling de me permettre de découvrir l?Iran d?aujourd?hui.


   
Article :Gérard