JALIL H'DADDOU,
PRESIDENT DE SOS RACISME
Dothy
Février - Mars 2004
 


ZAP :
Est-ce que vous croyez que le projet de loi Stasi peut aboutir à des dérives ?

Bien sûr, c?est un des sujets les plus houleux qui puisse y avoir, des discordances se font entendre au niveau politique, comme associatif. J?ai peur des conséquences que cette loi peut entraîner. Elle aboutit déjà à des dérives énormes, tu as des mecs qui viennent dans les quartiers et disent :
"Voilà, on est en train de faire passer une loi en France contre les musulmans et parce qu?on veut pas d?Islam ici", on vit dans un pays qui est raciste et qui l?affiche clairement. Mais les personnes qui portent le voile sont des personnes intelligentes qui trouveront le moyen de s?exprimer par quelques moyens que ce soit .


ZAP : Cette loi, qui devrait être appliquée à la rentrée prochaine, va-t-elle selon vous éclairer les chefs d?établissement ?

En tout cas, le principal argument pour faire passer ce texte de loi était de fournir aux enseignants un règlement clair concernant le port du voile à l?école. De plus certains chefs d?établissement ont déjà appliqué des sanctions bien avant qu?il y ait une loi. Sur 2000 jeunes filles, il y en a 196 qui sont exclues et suivent des cours par correspondance ou dans des établissements privés. Maintenant si ça peut les éclairer, tant mieux ; mais est-ce qu?on règle pour autant le problème du communautarisme et de l?islam en France ? Au pire on repousse le problème à demain, à après-demain, etc?jusqu?à ce que ça pète à la gueule !


ZAP : Il est dit que "les signes discrets seront acceptés", alors n?y a-t-il pas une frontière mince entre signes discrets et ostensibles ?

Je crois que l?on va considérer comme signes ostensibles des signes revendicatifs, quelque chose qui va se voir systématiquement et avec laquelle tu vas poser une différence. On bénéficie d?une école qui est républicaine, où le principe de neutralité, de tolérance, et de respect doit primer dans une éducation laïque.


ZAP : Et selon vous, peut-on voir dans ce texte un caractère discriminatoire ?

Pour moi, il n?y a pas de discrimination dans le texte tel qu?il est présenté. Déjà, je suis contre le fait qu?il y ait une loi, mais je suis aussi contre la fait de porter le voile à l?école et je ne sais pas si une loi va tout arranger. Va-t-il y avoir une ordonnance suffisamment claire avec un travail pédagogique sur le terrain ? Cette loi risque de traumatiser une bonne partie des musulmans qui vont le prendre comme une discrimination, et se replieront alors sur eux-mêmes au lieu de vouloir s?intégrer. Nous, on veut un projet de société où tout le monde a sa place, quelque soit son nom, sa couleur de peau, ou sa religion.


ZAP : Au-delà du débat sur la laïcité, pensez-vous que le port du voile résulte d?un libre choix des femmes ?

Dans 70% des cas, non. ça peut-être une contrainte imposée par la famille, une protection lorsqu?on habite dans un quartier : une fille qui est voilée, on ne va pas la considérer de la même façon qu?une fille qui n?est pas voilée, elle n?aura pas les mêmes regards.


KEK T'en penses
Swiip
Février - Mars 2004
 


Mesdames messieurs, recentrons le débat. N'oublions pas que la polémique du voile est relancée depuis les problèmes posés au lycée. Doit-on autoriser ou interdire ce qui pourrait offenser les autres élèves. Mais justement, qu'en pensent les premiers concernés ? Réactions depuis la cour.

[] "Moi si quelqu'un porte le voile au bahut ça ne me dérange pas. Après tout c'est son choix. Je porte une croix sur ma chaîne et je n'aimerai pas que l'on vienne me demander de la retirer " déclare Guillaume en Première ES. " Je ne vois pas en quoi cela dérange tant les gens, c'est un manque d'ouverture d'esprit, ce n'est pas choquant de voir quelqu'un qui applique sa religion."

[] "Je trouve ça bien que certains aient le courage de leurs opinions, c'est important de se forger un caractère et une identité " pense Lucile qui elle est en Seconde L. " Maintenant c'est vrai que la loi pourrait peut-être aider des musulmanes qui sont obligé par leur famille de porter le voile. Là ça pourrait être bien mais on ne peut pas savoir, peut-être que c'est leur choix après tout."

[] "Moi ca m'énerve les filles qui ne respectent pas le respect des autres. On doit enlever son voile à l'école. Point. Ce sont les règles on ne les discutes pas. Ca m'énerve de voir que certaines se rebellent et n'acceptent pas les remarques des profs " réagit Sophie en Terminale S. Il y a des règles et l'on doit s'y tenir. On fait des remarques à celles dont on voit le string qui dépasse, là c'est pareil. Sauf que le voile c'est avant tout une histoire de religion."

[] "Bof, je pense que c'est important car je n'imagine pas une société sans laïcité en France reconnaît Medhi c'est un fondement de notre République après tout. Mais c'est un vieux truc et peut-être qu'il faudrait la réactualiser, je ne sais pas si avec tous les changements que notre société a connu depuis l'immigration, elle est encore adéquate."


CASTEL GARBO
Rousty
Février - Mars 2004
 


CASTEL GARBO, ENTREZ DANS LES DIMENSIONS PARALLELES DE L?UNDERGROUND ....

Depuis le 21 octobre, un collectif d?artistes a pris possession d?un site rennais, l?ancien GRETA désaffecté, à l?Est de Rennes. Le site immense comporte un manoir du début du siècle, des dépendances en dur ainsi que de nombreux préfabriqués, il avait le " pédigré " pour être squatté par un groupe d?alternatifs en quête d?une résidence. Il s?appelle Castel Garbo, jeu de mot en hommage aux anciens locataires (Greta Garbo, ça vous dit quelques chose ?), c?était un centre de formation professionnel de l?éducation nationale (GRETA), le rectorat serait encore le propriétaire et ne trouve pas de repreneur. Alors tant qu?à faire?

Les lieux étaient ainsi abandonnés et laissés à toute la "faune rennaise" des propres mots de Seb, un des artistes du noyau dur du collectif "c?était complètement à l?abandon, vitres cassées, pillages, même des cheminées en marbres du manoir ont été arrachées?". Les nouveaux résidants, dès leur arrivée ont clôturé les lieux et stoppé l?hémorragie. "Maintenant on habite ici, on a installé nos ateliers, notre matériel, alors on compte bien prendre soin du site". Ils ne vivent pas dans le manoir mais à côté dans des camions aménagés et dans des classes encore en état. Leur présence ne semble donc pas déranger plus que ça pour l?instant, au contraire, il prennent en charge l?entretien et s?ils devaient partir, ils souhaitent que ça se passe en de bon terme.

Mais l?heure n?est pas au départ, c?est plutôt l?installation,

après une tentative d?expulsion ratée, le collectif a pris confiance et compte bien développer


un maximum de projets sur place pour gagner en légitimité et pourquoi pas être reconnu, même si c?est pas gagné. "Expos, concerts et construction d?un chapiteau itinérants pour tourner dans les festivals pourraient bientôt commencer" explique Niko.
En effet, les huit gaillards à la base du Collektif Castel Garbo, baignent tous dans les arts de rues (cirque et théâtre), dans la musique ou dans les arts plastiques, le tout à la sauce alternative, s?il vous plaît. Ca devrait donner?

Le squattage est d?ailleurs une démarche politique également, ces artistes n?ont aucun statut ou régime social propre, on s?en doute vu comment sont traité les intermittents, alors ils choisissent de ne pas se " formater " pour toucher des subventions et des locaux si difficiles à obtenir. " C?est une action citoyenne et une réappropriation du patrimoine nationale, on exploite une faille de la société, des locaux abandonnés. On prend nos vies en main pour faire quelque chose qui nous semble juste. C?est une sorte de combat contre Big Brother ! " affirme Seb, musicien et anti-conformiste convaincu.

On leur souhaite bonne chance et bon courage et on a hâte de les voir en "presta?", en action si vous préférez. Je crois qu?on va entendre parler du collectif sous peu?



? MAIS FAITES GAFFE OU VOUS MARCHEZ, C?EST PAS TOUT NEUF !