ARTROCK
Régis & Dino
Mai-Juin 2003
 


En ce week-end de Pentecôte se tenait à St Brieuc le 20ème Art Rock. Pour son anniversaire, le festival briochin s'est offert 1 plateau alléchant. Impressions...

VENDREDI :

1ére sensation de la soirée :

The Kills. De bons gros sons de gratte saturée couplés à un simple sampler au service de la voix rauque et inimitable d?Alison Moshart, chanteuse sous influence psychotrope, réveil l?enthousiasme du public de la place poulain-Corbion. Celui-ci sera au faîte de sa joie quelques minutes plus tard avec le show très ( trop) étudié de Dyonisos, attraction attendue de la soirée. Malheureusement, les frasques de l?hyperactif leader du groupe valenciennois n?ont pas préparées nos oreilles à recevoir dans de bonnes conditions le magnifique récital d?une Beth Gibbons (la chanteuse de portishead ), dont la voix nous transporte toujours autant.·

SAMEDI :

En ce tout début de soirée, c?est le " cubain de Cuba " ( dixit himself) , Raul Paz, qui chauffe la scène avec sa musique cuivrée et entraînante. Vient ensuite le groupe de Dub angevin Zenzile, qui avec son atmosphère cosmique se charge d?hypnotiser le public. Sympa.
Changement de décor et d?ambiance, nous voici maintenant au grand théâtre pour la soirée " carte blanche à Eric Truffaz ". Keren Ann ,sa première invitée, accompagnée du seul duo guitare-basse, et épisodiquement de la trompette d?Eric, envoûte tous les garçons de la salle avec sa voix mélodieuse. Puis, c?est le tour de Truffaz et de ses excellents musiciens, pour un show électro-Jazz de très haute volée.

Cependant, l?arrivée du toujours très branché Christophe, encore prompt à entonner ses " mots bleus ", casse la belle machine à émotion de l?artiste. Ce fut tout de même un agréable moment.

Et ce n?est pas fini. Ivre (confirmant ainsi les dires du chanteur de Ska-P selon lesquels les bretons ont un problème avec l?alcool) et impatient, le jeune public de Poulain-Corbion n?attend plus que l?événement de la soirée : Ska-P. Le groupe madrilène nous gratifie d?un show à l?américaine (?) : mise en scène impeccable et messages pseudos anarchistes démagos à souhait. Bof?

DIMANCHE :

A Art Rock, même l?après-midi est animée. " La mission Hip Hop ", consacrée à la culture urbaine née à Harlem, propose d?abord une pièce de danse-théâtre-comédie musicale rafraîchissante et pleines d?idées. Un univers urbain remplit de personnages déphasés qui attendent un bus qui n?arrivera jamais. Le hip-hop sénégalais est ensuite à l?honneur, avec la musique festive et pleine d?humour des Pee-Froiss, en préambule aux PBS ( Positive Black Soul). Ces derniers , à l?aide d?un flow impeccable, parviennent à convertir une large partie de la salle à un hip-hop sénégalais très critique à l?égard de la colonisation et de ses retombées sur la situation actuelle des pays africains.

Autre grand événement à St Brieuc, la Fura Dels Baus, et son spectacle XXX. Entrez dans un monde où pornographie et violence sont omniprésentes : âmes sensibles s?abstenir. Cependant, l?étalage de scènes crues construit une véritable réflexion sur la complexité de notre société. Intéressant , donc.

Le cosmique voyage musical de Brain Dammage parachève un festival qui, pour ses vingt ans, s?est offert une belle réussite. Du talent, des découvertes, on reste finalement sur une bonne note.

MOTIVES
Récit d'une réunion de militant
Julie.R /Mars-Avril 2003
 


Le collectif ?agir contre la guerre? de Rennes2 est né suite aux événements du 11 septembre. Aujourd?hui leur lutte est évidemment entièrement portée contre la guerre en Irak.

Il devait y avoir peu de monde à la réunion du collectif ?agir contre la guerre? de rennes 2 : changement d?horaire à la dernière minute, mauvaise diffusion de l?info? le ?leader? s?en excuse presque à l?avance devant moi. Je dis leader, et c?est le meilleur mot qui me vient à l?esprit, car le terme de chef est proscrit, on me le dit dès les premiers contacts?
Finalement, à peu près 40 personnes se seront déplacées? de quoi réjouir Thomas, un de ces ?leaders?. Car, comme lui et d?autres le répéteront tout au long du ?débat ?, la lutte ne fait que commencer. Peu importe si la guerre paraît inéluctable. Il faut continuer, qui sait. Bref, leur but, c?est la paix. La paix et rien que la paix. Partout.
A l?ordre du jour de la réunion, l?actualité de ce 10 mars, le fonctionnement du collectif et les actions à venir. Ils s?expriment bien, clairement, fermement, ils savent de quoi ils parlent. Qui a dit que les jeunes ne s?intéressaient plus à rien ? Dans le débat sur l?actualité, chacun y va de son petit discours de motivation, de sa bonne nouvelle du jour. Il ne faut pas baisser les bras, ne pas se laisser aller à la panique devant l?accélération des événements, ni à l?abattement devant l?aspect de plus en plus inéluctable de la guerre. On sent qu?ils croient à ce qu?ils disent et qu?ils veulent convaincre que leur combat est légitime, nécessaire et utile. Evidemment ils s?adressent à des convaincus, personne ne viendra les contredire dans la salle, puisque tous sont là pour ?agir.?
Cet accord parfait va disparaître au fur et à mesure que seront abordées les questions plus « techniques » : qui fait quoi, comment ?
Il n?y aura pas d?affrontements directs, ni même de haussement de ton ; tours de parole et idées de chacun seront respectés. Mais il est évident que si tout le monde est d?accord sur les buts, les moyens eux, sont source de discorde.
En fait, il semble y avoir trois types de ?militant? ici : ?l?idéaliste?, plein de projets, de motivation, de conviction ; le ?technicien?, celui qui veut savoir qui, où, à quelle heure, comment etc. ; le ?troisième type?, ce sont tous ceux qui ne disent rien, qui suivent, mais qui sont là quand on a besoin d?eux. Lesquels sont les plus importants ? Impossible à dire, tous sont indispensables.
Les idées fusent, les bonnes volontés presque autant. Tout semble bien rôdé, il ne reste plus qu?à organiser les derniers détails pour les journées qui suivent : qui fait les tracts, avec quel texte ? Quelle taille ?....
Le temps passe, l?air est de plus en plus enfumé et l?agacement monte chez certains? il est temps que cela se termine, d?autant plus que ce sont toujours les mêmes sujets qui reviennent sans cesse. Finalement la réunion se terminera avec les leaders qui décidément se dévouent corps et âme pour la ?cause.?