Les Héritiers
Gérard /Mars-Avril 2003
 

Résumé de l?épisode 1 : Dans un futur proche, sur notre Terre dévastée, une poignée d?humains vivent en autarcie dans un village de fortune, au bord d?un océan pollué. Parmi eux, trois adolescents bravent l?interdit et quittent le village, en secret. Ils s?interrogent sur Deus, ce dieu qui leur interdit de quitter la rive, mais qui ne s?est plus manifesté depuis près de vingt ans. Ils désirent en savoir plus sur ces humains dont parlent les écrits du passé, sur ce conflit qui divisa l?humanité, sur ces soldats transgéniques envoyés en Irak par un certain Colonel Crowlands. Les réponses, ils les cherchent ailleurs, dans ce monde qu?ils méconnaissent tant.Après des jours de marche, ils se réfugient pour la nuit, dans les ruines d?une ancienne cité. Mais ils ignorent qu?ils ont été suivis.

? Un jour prochain, le Père sortira de sa longue léthargie et nous guidera sur le chemin du Renouveau. En attendant, il nous demande de veiller sur son domaine et de survoler le monde à la recherche des ?Héritiers? égarés.?
Paroles du Haut Scribe et Premier Héritier.

Je me nomme Eol. Ces longues ailes dans mon dos et ce visage mi-homme, mi-merle font de moi un messager du Père.Récemment, j?ai croisé trois de ces ? Héritiers ? égarés, des adolescents. Je les ai suivis et observé, pendant plusieurs jours.
A première vue, ils ne nous ressemblent guère. Le plus jeune jouit d?une force et d?une musculature surhumaines, mais ne possède ni crocs, ni griffes. Il n?a rien d?un homme fauve et encore moins d?une gargouille. De son côté, la jeune femme semble douée d?empathie animale, même si elle ne s?en est jamais servi, à ce jour. Quant au meneur, il ne présente aucun don particulier.

Soucieux d?en apprendre plus à leur sujet, je me suis tourné vers Deus. A travers les milliards de données enregistrées dans sa mémoire, j?espérais trouver quelques informations qui faciliteraient tout contact. Malheureusement, Deus n?a rien découvert. Deus a simplement émis l?hypothèse d? ?Héritiers? nés avant la Dévastation, ce qui expliquerait, peut-être, leur aspect si humain et leur aura propre à notre espèce. Hier, je les ai donc suivis jusqu?aux ruines d?une ancienne cité humaine. Pendant que les deux garçons se chargeaient du feu et de la nourriture, j?ai profité de ce que l?adolescente s?éloigne de leur campement pour me poser non loin d?elle et me tapir dans l?ombre, attendant l?instant propice pour me dévoiler. Je n?ai guère patienté.
...

Brusquement, alors qu?elle admirait les étoiles, elle s?est mise à pleurer. J?ai profité de cet instant de fragilité et me suis immiscé, discrètement, dans son esprit. Aussitôt, j?ai ressenti comme une blessure profonde, l?impression d?avoir trahi des êtres chers. J?ai alors compris combien sa famille et son village lui manquaient. Puis, j?ai pris conscience du risque que ses amis et elle avaient pris en transgressant les règles établies par les Anciens de leur village. J?ai assisté à leur fuite silencieuse, à leur premiers jours de marche, à leurs courtes pauses de peur d?être suivis par des villageois ou des chiens sauvages. Mais surtout, j?ai réalisé à quel point ils méconnaissaient le monde.
Depuis leur départ, ils n?avaient côtoyé que ruines et squelettes, arbres morts et ruisseaux pestilentiels. Ils n?avaient aucune idée des atrocités passées et de leur rôle dans la Succession. Pour dire, ils considèrent Deus tel un dieu, alors qu?il n?est qu?une machine.
Malgré mon envie de la réconforter, rapport à la perte de mes parents durant la Dévastation, j?ai préféré la voie des rêves afin de m?adresser à elle. Il ne m?a fallu que quelques secondes pour ouvrir son esprit au monde. Alors, je lui ai montré le vrai visage de nos ancêtres. Je lui ai parlé de cette poignée d?humains qui gouvernaient le monde, de leur soi-disant guerre sainte et de leur soi-disant croisade contre le Mal. J?ai du aussi lui montrer le chaos dans lequel ils plongèrent l?humanité. Enfin, son cauchemar a cessé, dès que la Cité Renaissance, tel un brusque rayon de soleil, a surgi devant elle. Liberty ? je connaissais enfin son nom ? n?a plus eu qu?à écouter le message du Haut Scribe.

?Ne perds pas espoir, Liberty, s?est-il écrié, du sommet de la plus haute tour de la cité. Je sais que ta famille te manque, mais je sais aussi que tant que tes amis et toi n?obtiendrez pas vos réponses, vous ne trouverez jamais le repos. Le Père détient ces réponses. Il a senti votre présence et vous attend.?
Sur ce, il ne me restait plus qu?à lui montrer le chemin et à disparaître dans la nuit.