Robert Badinter à la fac de droit de Rennes Jeudi 13 Mars
Macha /Mars-Avril 2003
 


?L?Union doit être incarnée?

La conférence de Robert Badinter, ancien garde des sceaux et ancien Président du Conseil Constitutionnel, à qui nous devons l?abolition de la peine de mort le 9 octobre 1981, sous Mitterrand, a réuni ce jeudi 13 mars une foule de curieux autour d?un thème important : ?A la recherche d?une Constitution Européenne.?


La volonté de R. Badinter est de créer une constitution unique à l?ensemble des pays membres de l?Union Européenne. Son préambule faisant référence à la Charte des Droits Fondamentaux (53 articles relatifs aux droits de l?Homme et du Citoyen). Les 250 millions d?européens bénéficieraient ainsi de la double nationalité (moi même, je deviendrai une européenne française) et éliraient des commissaires, un par pays, pour se charger de la gestion des 25 pays membres, dans les 10 années à venir. (L?admission de la Turquie au sein de l?Union posant encore problème). Quant à la présidence, elle passerait d?une présidence alternée à un Président élu tous les cinq ans, donnant plus de crédibilité à l?Europe.
Dans son ouvrage « Une Constitution Européenne », Robert Badinter insiste également sur sa volonté de créer une «Constitution de la République d?utopie» qui représente, les volontés du peuple, en ce qui concerne l'Europe. Même si celle-ci ne résoudra pas les excès de patriotisme au sein des états.
A R. Badinter de conclure, prudemment : «Car si on pense que le racisme, la xénophobie et le nationalisme ont disparu, on rêve !» et d?ajouter, tout de même, que « la solidarité est le fondement de l?Union Européenne ».

Absent pour cause de guerre
Julie.D /Mars-Avril 2003
 


Cet article est paru dans le journal Libération du Samedi 22 Mars 2003


Ce matin, jeudi 20 mars, c'est le forum de l'emploi de la faculté de Rennes 2. Une table ronde avec Monsieur GALLARD, journaliste, est prévue en Salle F12. Mais sur la porte, à côté de son nom, une petite annotation à été rajoutée : ?Absent pour cause de Guerre?.
Pas une grippe, non, ni une grève de train, ni un décès dans la famille. Absent pour cause de Guerre ! Cette guerre dont on sentait monter la pression dans tous les médias du monde, cette guerre qu'on nommera désormais la deuxième guerre du Golfe.
On a eu beau manifesté, dire haut et fort que l'on en voulait pas, la voilà qui se déclenche , sourde à nos protestations, à la veille d'un printemps. Face à nos télés, nos radios, nos journaux, on se sent tout petits. Et face à la bêtise humaine complètement impuissants.L'amère impression qu'une poignée de faucons a sacrifié la diplomatie laisse un sale goût sur nos lèvres. Pour un peu de pétrole sans doute, et une vague idée de prévention. Car ce n'est pas une guerre punitive, c'est une guerre préventive ! Si l'on envoie nos marines aujourd'hui en Irak, a dit W Bush, c'est pour ne pas devoir envoyer les pompiers demain dans les rues de nos villes. Rien de tel qu'une allusion au 11 septembre pour encenser le patriotisme .
Ce conflit, c'est aussi un violent choc de culture, un cycle infernal d'incompréhension qui n'est pas là de s'arrêter, un ?God bless America? contre un ?Vive le Djihad?. En France on observera les opérations militaires la larme à l'oil, avec pour seule consolation que cette fois les médias seront plus libres et plus objectifs. On pourra également compter les ?absent pour cause de guerre?.définitivement absents.


MOTIVES
Récit d'une réunion de militant
Julie.R /Mars-Avril 2003
 


Le collectif ?agir contre la guerre? de Rennes2 est né suite aux événements du 11 septembre. Aujourd?hui leur lutte est évidemment entièrement portée contre la guerre en Irak.

Il devait y avoir peu de monde à la réunion du collectif ?agir contre la guerre? de rennes 2 : changement d?horaire à la dernière minute, mauvaise diffusion de l?info? le ?leader? s?en excuse presque à l?avance devant moi. Je dis leader, et c?est le meilleur mot qui me vient à l?esprit, car le terme de chef est proscrit, on me le dit dès les premiers contacts?
Finalement, à peu près 40 personnes se seront déplacées? de quoi réjouir Thomas, un de ces ?leaders?. Car, comme lui et d?autres le répéteront tout au long du ?débat ?, la lutte ne fait que commencer. Peu importe si la guerre paraît inéluctable. Il faut continuer, qui sait. Bref, leur but, c?est la paix. La paix et rien que la paix. Partout.
A l?ordre du jour de la réunion, l?actualité de ce 10 mars, le fonctionnement du collectif et les actions à venir. Ils s?expriment bien, clairement, fermement, ils savent de quoi ils parlent. Qui a dit que les jeunes ne s?intéressaient plus à rien ? Dans le débat sur l?actualité, chacun y va de son petit discours de motivation, de sa bonne nouvelle du jour. Il ne faut pas baisser les bras, ne pas se laisser aller à la panique devant l?accélération des événements, ni à l?abattement devant l?aspect de plus en plus inéluctable de la guerre. On sent qu?ils croient à ce qu?ils disent et qu?ils veulent convaincre que leur combat est légitime, nécessaire et utile. Evidemment ils s?adressent à des convaincus, personne ne viendra les contredire dans la salle, puisque tous sont là pour ?agir.?
Cet accord parfait va disparaître au fur et à mesure que seront abordées les questions plus « techniques » : qui fait quoi, comment ?
Il n?y aura pas d?affrontements directs, ni même de haussement de ton ; tours de parole et idées de chacun seront respectés. Mais il est évident que si tout le monde est d?accord sur les buts, les moyens eux, sont source de discorde.
En fait, il semble y avoir trois types de ?militant? ici : ?l?idéaliste?, plein de projets, de motivation, de conviction ; le ?technicien?, celui qui veut savoir qui, où, à quelle heure, comment etc. ; le ?troisième type?, ce sont tous ceux qui ne disent rien, qui suivent, mais qui sont là quand on a besoin d?eux. Lesquels sont les plus importants ? Impossible à dire, tous sont indispensables.
Les idées fusent, les bonnes volontés presque autant. Tout semble bien rôdé, il ne reste plus qu?à organiser les derniers détails pour les journées qui suivent : qui fait les tracts, avec quel texte ? Quelle taille ?....
Le temps passe, l?air est de plus en plus enfumé et l?agacement monte chez certains? il est temps que cela se termine, d?autant plus que ce sont toujours les mêmes sujets qui reviennent sans cesse. Finalement la réunion se terminera avec les leaders qui décidément se dévouent corps et âme pour la ?cause.?