Les heritiers.
Gerard /Jan-Fev 2002
 

Je suis né sur ces rives, entre l?océan noir et les falaises de granit. Tous les jours, la marée apporte son lot de bienfaits à notre peuple, les galettes de pétrole, entre autres, que nous brûlons lors des vagues de froid, les plaquettes de viande que nous consommons ou encore les bidons rouillés dont nous faisons nos abris. Mes parents et moi vivons dans un caisson métallique au sommet d?une colline. En contrebas, notre village comprend une centaine d?habitations, mélanges de tôles, de planches et de pierres amassées. Mon père est un guetteur. Il scrute l?horizon à longueur de journée, attendant un signe de Deus, notre divinité créatrice sensée revenir nous chercher. Les anciens cultivent cette tradition et interdisent à quiconque de s?éloigner de nos rives, prétextant la volonté de Deus. Bagdad, le fils d?un pêcheur et Liberty, la fille adoptive de notre chef, tiennent leurs noms de ces planches échouées un peu plus loin vers l?ouest. A nous trois, nous avons décidé de partir en expédition, dans le plus grand secret. Nous souhaitons en savoir plus sur Deus. Il y a deux nuits, nous avons découvert des plans et des cartes dans une mallette. Liberty a passé une nuit à les étudier et, le lendemain, elle m?a avoué une incroyable découverte :



- Nous sommes des humains. Nous avons des millions d?autres frères à notre image, m?expliqua-t-elle, qui se trouvent sur ce monde appelé ?la Terre?. Tiens, c?est écrit là, regarde !
Elle me présenta un morceau de papier au toucher inhabituel. Les feuilles, récupérées sur le sable gris de la plage, puis séchées, possédaient une texture rugueuse, chiffonnée. A l?inverse, celle-là était parfaitement lisse et brillante, elle me rappelait ces panneaux en plastique pêchés l?année dernière, puis confisqués par les Anciens. Des lignes traçaient les contours de plusieurs pays. Des flèches rouges indiquaient des directions. Il y avait également deux croquis de nos semblables. Le premier revêtait un uniforme, il disposait d?un fusil, d?un équipement et sa casquette arborait les quatre lettres N.A.T.O., identiques à celles inscrites sur le caisson où je vivais. Un mot était inscrit dessous : allié. L?autre personnage avait le teint mat et l?air menaçant. Il avait le visage voilé et possédait un arsenal proche du premier. Dessous, on lisait ?terroriste?. Plus bas, le texte parlait de la Terre, de millions d?humains victimes d?une nation islamiste lâche et païenne. Il prodiguait ?l?ultime solution? au problème du Proche Orient et indiquait un plan d?invasion des territoires musulmans.
Alors que je terminais la lecture du document, Bagdad surgit dans la grotte qui nous servait de repère. Il nous annonça une mystérieuse découverte en dehors des limites définies par les Anciens.
- Liberty connaît les machines, s?exclama-t-il, elle devrait comprendre !
Nous le suivîmes jusqu?au nappes de boues, à l?est, puis nous contournâmes le guetteur en poste sur un rocher et nous grimpâmes un escalier taillé dans la roche. Au sommet de la falaise, au milieu d?un terrain vague, nous découvrîmes un aéronef écrasé. La violence du crash avait éparpillé ses débris sur plus d?un kilomètre. Bagdad nous guida jusqu?à un fauteuil, sur lequel un squelette en uniforme était sanglé. A ses pieds, les os dispersés d?un bras et une mallette identique à celle trouvée l?autre nuit. Dedans, aucun papier.
- La machine ! s?écria Bagdad. J?ai tiré et le bras venu avec. J?ai eu drôlement peur.
Notre ami n?a pas son pareil pour s?exprimer, comme si son cerveau ne véhiculait pas correctement ses pensées et lui renvoyait les mots dans le désordre. Les Anciens parlent d?une malédiction due aux fautes commises par son père. Peu importe ! Bagdad reste mon meilleur ami et sa force nous sera sûrement d?une grande utilité
.

Liberty identifia un clavier. Elle appuya au hasard des touches et un grésillement retentit, mêlé à des bribes de mots. Ensuite, sur un petit écran, un visage apparut. Un message suivit.
?Bonjour Général Bud. Ici, le Colonel Crowlands du laboratoire militaire de Salt Lake City. Mon équipe et moi-même progressons à grands pas dans nos recherches. Pour exemple, je vous envoie ce premier lot de soldats transgéniques. Ils connaissent déjà les rudiments de notre langage, il ne vous reste plus qu?à les entraîner et à les renseigner sur leur mission d?extermination de l?Irak. Bien sûr, cette mission est classée top secret, même le Président n?est pas au courant. Je compte donc sur vous pour garder le silence? Ah ! J?ai failli oublier. Je vous livre également une dizaine de femelles des plus sexy et des plus serviables ? un petit cadeau de ma part.?
Un sourire malsain se dessina sur le visage de l?individu, puis son image disparut, ne laissant place qu?aux mots :
? MESSAGE EFFACE ?

 

 


500x186 /41 ko

mad le maudit

 

 

 

 

 

 

 

 


500x433 /89 ko

mad le maudit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


500x420 /85 ko

mad le maudit