Printemps de Bourges
Fabien / Fév-Mars 2002
 


LE PRINTEMPS SOURIT
AUX GROUPES BRETONS

Et de trois ! Robert le Magnifique, Monogram et Yog Sothoth représenteront la Bretagne lors du prochain festival du Printemps de Bourges (du 9 au 14 avril), dans la catégorie des découvertes : un beau tir groupé. Depuis trois ans, et les passages remarqués de Shane Cough et Dalhia notamment, c'est d'ailleurs devenu une (bonne) habitude. Mais que se passe-t-il donc en Bretagne ? Le pays du fest Noz et des cornemuses serait-il devenu en quelques années ce terreau fertile où poussent les futurs groupes de demain, catégorie rock, reggae ou musiques électroniques ? Le plateau du village lors des Transmusicales (avec DSA, Shane Cough, Dalhia, Bikini Machine…) nous avait mis la puce à l'oreille. A voir la sélection finale des découvertes du Printemps de Bourges 2002, le doute n'est plus possible : la Bretagne fourmille de groupes en devenir. La sélection a pris cette année une teinte très électronique : les rennais de Monogram et Robert le Magnifique en seront les représentants. Un univers à mi-chemin entre l'ambient et le post-rock pour les premiers, de la drum'n'bass aux accents jazzy et hip hop pour le second. Christophe (Monogram) : "Même si nous savions que nous avions toutes nos chances, plus le résultat approchait et plus cela nous semblait compromis. Ce sera en tout cas l'occasion de presser un Cd de qualité, de perfectionner notre set (chacun des trois groupes fera une résidence de quelques jours dans une salle bretonne avant le festival, afin de travailler le jeu sur scène, le son, les lumières…), et de faire connaître Monogram hors des frontières rennaises." De son côté, Robert le Magnifique a toute les raisons d'être satisfait : il avait manqué de peu le train pour Bourges l'an dernier. L'édition 2002 sera donc la bonne. "C'est une bonne surprise. Je sais que c'est un festival important et que ce concert peut m'ouvrir des portes. Pour autant, je ne focalise pas trop sur cet événement. J'espère avant tout établir des contacts avec des distributeurs. Et puis, si ce concert en amène d'autres, la partie sera gagnée !". Les brestois de Yog Sothoth iront, quant à eux, défendre leur musique nourrie d'influences multiples (des rythmes tziganes mêlés à un chant en arabe), dans la catégorie world musique. Résultat des courses mi-avril.

 

 

 

 

Les chroniks du spécialiste
Jean /Fév-Mars 2002
 

 

SNOOP
B.O.F. "Bones" (Virgin)
Ces derniers temps, SNOOP n'a eu de cesse de multiplier les projets avec succès. Outre le film "The wash" et la B.O.F du même nom, il a aussi participé, à titre plus anecdotique cette-fois, au film "Training day" , sans parler de son "Best of" qui cartonne en ce moment. On peut donc dire que SNOOP sait gérer ses affaires. D'ailleurs, c'est bien simple, ici c'est la même chose. En majorité produit par son poulain "FREDWRECK", la B.O sent bon les 70's et la blaxplortation. A écouter d'urgence, les incontournables "Il you come here to party" et "Jimmy's revenge" sur lequel SNOOP pousse la chansonnette. Un disque de qualité.

 

FABOLOUS
"Ghetto fabolous" (East-West)
Cette année, les rois du featuring ont été LIL'MO, NATE DOGG, LUDACRIS, et FABOLOUS. Justement, à propos de ce dernier, son 1er album vient de sortir. Et quelle surprise de retrouver en guests les habitués du système que sont LIL'MO et NAT DOGG. Le RAP de FABOLOUS est somme toute assez habituel, mais ce qui fait sa force, c'est cette façon qu'il a de chantonner ses refrains. Il suffit de regarder le nombre de featuring qu'il a à son actif pour se rendre compte de l'efficacité de la formule. Son album, quant à lui, bénéficie de cette façon de faire dont lui seul a le secret, et le côté "club" du RAP y est bien représenté. On notera les prods de TIMBALAND "Right now. 8 later on", ROCKWILDER "Get right" et les NEPTUNES "Young'n", qui sont les plus aptes à sortir du lot. Un bon petit album RAP donc, mais au vu du buzz du rappeur, on aurait pu s'attendre à un meilleur cru.

 

BLU CANTRELL
"So blu" (Arista/BMG)
Pour son 1er disque, Melle CANTRELL a vu les choses en grand : producteurs monstres (JAM & LEWIS, DALLAS AUSTIN, TRICKY STEWART…) et des chansons se rapprochant du registre de WHITNEY HOUSTON. Rien que ça. Du coup, son album est destiné à un large public, ce qui fait que les mélodies sonnent très POP, avec juste une touche de R&B pour le côté crédibilité. Malheureusement, on s'ennuie en écoutant "So blu". Ce n'est pas que le disque soit mauvais, au contraire, mais son formatage trop flagrant lui fait perdre de sa couleur. Et ce ne sont pas les perles sonores "Waste my time" et "Blu is a nood" qui pourront sauver l'affaire. Mais la miss a un potentiel évident, alors on attend le prochain.

 

BUBBA SPARKS
"Dark days, bright nights" (Beat Club/ Polydor)
Le nouveau protégé du superproducteur TIMBALAND s'appelle BUBBA SPARKS et risque fort de vous surprendre. Outre le fait qu'il soit produit par le mentor de MISSY ELLIOT, AALIYAH et GINUWINE, ce dernier a un signe particulier, puisqu'il vient du fin fond de la campagne, ce qui lui donne un accent et une vision des choses totalement différents des autres rappeurs qui, à 99 %, viennent de très grandes villes. Imaginez un peu un rappeur provenant de CHATEAUGIRON ou CREVIN et qui raconte à la France entière les aventures de sa ville… Eh bien pour le cas BUBBA SPARKS, c'est le même combat. D'ailleurs, on le surnomme déjà le péquenaud du RAP U.S. En tous cas, son album est bon, très bon même, et je ne peux que vous conseiller les tubes "Ugly", "Lovely" et "BUBBA talk". Un futur classique.

 

JOE
"Better days" (Jive/Zomba)

Les lovers du ghetto vont être heureux : le nouveau JOE est arrivé. Toujours aussi proche de R.KELLY de par ses influences, le crooner du New Jersey est cette fois dans une ambiance à la Marvin Gaye période " What's gain on ". L'atmosphère électrique, les arrangements soyeux de velours de JOE sont là pour le prouver : le chanteur a définitivement trouvé son style. Mettez en place vos lumières tamisées et laissez la magie opérer.

 

 

 

425x425/7ko

 

 

 

425x425/14 ko

 

 

 

 

 

425x425/8ko

 

 

 

 

425x425/16ko

 

 

 

 



425x425/14ko


Interview de Big Red
Magali / Fév-Mars 2002
 


      A l'occasion de la sortie de son nouvel album, Big Red est venu le 5 février au 1929. Désormais en solo, le groupe Raggasonic s'étant dissout, c'est avec Crazy B (ancien DJ d'Alliance Ethnik) que Big Red fait son retour sur les ondes FM et dans les bacs. Il s'est confié à ZAP juste avant son concert sur son parcours quelque peu chaotique, son point de vue sur la scène musicale française et ce dernier album qui sortira en deux parties chacune refletant une facette de sa personnalité. C'est avec sa sincérité habituelle qu' il dénonce le rap commercial et il ne mâche pas ses mots…

 

Ecoutez l'Interview :

Grand Format : MP3 (1,8Mo)

 Ecoutez...
 Enregistrez...

Petit format : MP3 (900Ko)

 Ecoutez...
 Enregistrez...